LES MYTHES

LES RÉALITÉS

Les hommes qui battent leur femme sont malades menta-lement.
La violence faite aux femmes est trop répandue pour être expliquée par une maladie mentale. Les conjoints violents n'attaquent pas leur patron habituellement s'ils sont frustrés. si le conjoint était réellement malade, il n'aurait pas l'habileté de sélectionner sa victime et ne serait pas capable de contrôler sa violence.
C'est l'alcool qui est la cause de la violence faite aux femmes.
Bien que les conjoints violents ont souvent un problème d'alcool, ce n'est pas la cause des actes violents. Au contraire, l'abus d'alcool facilite l'usage de la force physique en permettant à l'agresseur d'y mettre la responsabilité de ses actes. Il y a des hommes qui s'intoxiquent pour pouvoir mettre à l'oeuvre leurs fantasmes de violence.
Seulement les femmes pauvres sont violentées.

Rien ne justifie la violence. Aucune ne mérite d'être battue. La provocation est souvent l'excuse utilisée pour nier la responsabilité de ses actes.

Plusieurs évoquent des traits de caractère, le style de vie pour des motifs d'agression. Donner des excuses ne fait que perpétuer l'utilisation de la violence comme solution acceptable à une résolution d'un problème et amène l'agresseur à croire qu'il est justifiable d'utiliser la force pour avoir raison.

Les femmes enceintes sont protégées; elles ne subissent pas la violence.
Les femmes enceintes sont plus souvent vulnérables à la violence. Plusieurs femmes disent avoir été violentées la première fois pendant leur grossesse. Les femmes en état de grossesse ont moins accès à des ressources et conséquemment sont plus dépendantes de leur partenaire que dans le temps où elles n'étaient pas en état de grossesse.